I love your service but I will never pay for it: post mortem of a startup without business

Twitmark V1

Twitmark V1 was the only one that was actually deployed in production.

The story starts mid 2008. My old friend Bastien Quelen and I realized that we couldn’t rely on our old RSS subscription to manage our daily technical watch. Most bloggers we followed had switched to Twitter, eventually turning their blog into a forsaken land, and the people who kept blogging did not share their interesting links the way they used to anymore. We decided to rely on our Twitter timeline to sort and push interesting contents from all over the Web. Twitmark, a Twitter based social bookmarking service was born.

The idea behind Twitmark was dead simple: it fetched every link from our Twitter timeline or favorites, tag them using hashtags and rel='tag', get the title and description from the Web page as well as what other people having bookmarked it had said on Twitter, then push them on our Delicious or Diigo account. We also added some basic recommandation like « people who have bookmarked this or liked this hashtag also liked that content »

For the first time, Bastien and I were launching a public service that was just filling our needs without plotting for world domination.

We had launched the service as a private Alpha. It was ugly, slow as hell, but it did the job and that was not that bad. A few hundred users later and millions URLs later, Bastien dedicated server was crawling on its knees. We had to rethink the whole architecture if we wanted to scale: use a key / value store for the URLs, add caching here and there, move our fetcher model from synchronous to asynchronous… in a word, rewriting everything from scratch.

That’s where we started to ask ourselves the questions that hurt.

Starting from scratch meant renting more machines, or bigger and more expensive machines to profit from emerging virtualization, hiring a designer to build a real identity, and spend more than just our free time on the project.

Twitmark V2

Twitmark V2 was getting rid of the most greedy feature.

We started to apply what we previously learnt when we joined ESSEC Venture incubator. We were not doing that 50 slides business plan with a 3 years revenue forecast to give potential investors a boner but more trying to know whether or not we could break even someday, and even earn some money.

The answer was no.

Too many structural weaknesses

The target niche was way too small: people using Twitter and social bookmarking services who were willing to pay for a service that would help them to gain some time. A small niche is OK when it’s willing to pay. That was a problem.

Another problem was Twitmark very nature. Twitmark was just a bridge between a few service you’re using from time to time, with some cool feature. It was exactly that kind of service that makes you say « it’s cool, I love it, I’ll definitely use it but I won’t pay for it ». Neither Bastien nor myself would have paid for it either.

Twitmark was entirely relying on Twitter, Diigo and Delicious free APIs. Our data source and targets could switch to a paying model or disappear during a week-end and we could not do anything about it. I love the concept of a free – or paying – API, but having my business to rely on data and services provided by another company with neither a SLA nor a guaranty of continuity freaks me out.

The application was simple, too. We had done our V1 in less than a week-end, and it was as easy to clone as a URL shortener service. It had no competitive advantage, and adding one would have meant starting the endless feature race, which was lightyears from what we wanted to do. The feature race to stay competitive is an already lost one, startups that don’t understand it have already failed.

But this was not our bigger threats. Our main competitors were actually the companies we were relying to: Twitter, Delicious and Diigo. Twitter can create its own social bookmarking service anytime. Diigo has built a Twitter connector for years, and since Diigo offers a push to Delicious feature to make the switch from the later easier…

No solid business model

We studied various business models, but none of them were satisfying enough to be worth the effort.

The recurring fee was eliminated before being mentioned. A Flickr Pro account costs 2$ a month, which means we could not ask that much for a service people don’t use directly eve though they rely on it daily. That’s all the « nice but I won’t pay for it » issue.

The first thing we thought about was advertisement. This was before Penguin and Panda, when building for Adsense was still realistic. Since each user has his own public bookmark page, it was possible to create a huge content farm. But this was totally unrealistic. Going Adsense meant bringing an insane amount of trafic to the site, which is expensive with unsure results. The competition was huge, already installed with much more money than we had. And we didn’t want to become yet another crappy scrapping farm.

Plan B included selling the data to third party companies through an API. We were indexing virtually all Twitter, which meant virtually everything new on the Web. Unfortunately, we didn’t have the resources to do it, and Twitter would never had let us do, proof being their API does not allow to do what we did back then anymore. Once again, this was a head of tail strategy, without any control on what was happening. Building a startup is a lot about not controlling everything, but it’s not about not controlling anything.

Plan C was the most serious option. Twitmark could become a B2B application to monitor marketing operations over the social media (2008 baby), by adding more services (starting with Facebook), statistics, tracking, Excel exports and so on… We had the technical architecture to achieve it, everything else was frontend development and UX. But this meant going much further than our initial plan – a small service without too much maintenance – and much more money than we could afford spending.

But these were not the biggest problem. Twitmark was never meant to be a full time business. We just needed it to help us on our daily tech watch, and if we could make money with it, it was through a quick win. What we lacked was enough motivation to get it real.


Cet article a été publié par Frédéric de Villamil sur Le Rayon UX | Si vous l'avez lu ailleurs sans qu'un lien ait été fait vers l'article original, c'est qu'il a été reproduit illégalement.

Lecture et joie

Je ne milite en aucun cas pour l’abolition de l’école. Je crois, effectivement, qu’il serait catastrophique, en l’état actuel des choses, de la supprimer. Je pense, effectivement, qu’il y a de nombreux parents qui ne pourraient, ne voudraient ou ne sauraient en aucun cas assumer cette nouvelle condition ; je pense, effectivement, que la situation actuelle de nombreuses personnes rendrait irréaliste, voire périlleuse, la non-scolarisation de leurs enfants.

Mais quid de tous ceux qui en ont la possibilité et, peut-être, le désir, mais qui l’ignorent ? C’est à eux que mon témoignage offre, je l’espère, l’inspiration pour une pensée nouvelle. Respecter ses convictions, faire, en toute conscience, des choix personnels, honorer son originalité, être l’artisan de son propre devenir : tout cela, bien davantage que l’endoctrinement des masses, contribue à la progression du monde et à l’apparition de nouveaux paradigmes.

… et je ne suis jamais allé à l’école, André Stern

J’ai terminé de lire … et je ne suis jamais allé à l’école à mon fils. Quelques pages quasiment chaque jour depuis 3 mois. La joie qu’il a manifesté lorsque j’ai sorti le livre les dernières fois m’a vraiment ému. Identifier le livre comme un moment de bonheur. Comme une vaine tentative de le dévorer littéralement aussi :-).

Au fil des pages, je me suis rendu compte à quel point ma lecture à voix haute a changée, une meilleure continuité, une meilleure gestion des liaisons, des différentes voix des personnages. Essayer de rendre la forme aussi intéressante que le fond a été un exercice quotidien, pour une lecture plus lente, plus détaillée, plus profonde. La prose d’André Stern se prête bien à une telle lecture et le propos est lucide et sensé, ça donne des idées…

Prochaine lecture : Libres enfants de Summerhill.

If it works (only) for you, it works for nobody

Trust me, it works for me!

Last Friday, I packed my stuff, jumped in the car and hit the road for 3 deserved weeks away, leaving Greg with everything he needed to run Botify platform, package our software and deploy new virtual machines just like I do everyday.

That’s what I thought.

I could not see anything wrong. My Ansible roles were smoothly running out Puppet modules on a daily basis. Packaging was working like a charm, and deploying a new version of our software was a question of minutes, to a point I could ship it on staging 5 or 6 times a day if needed.

It didn’t work as expected. In fact, it didn’t work at all.

Many things didn’t work for Greg, including our Ansible roles not being correct after a bogus merge, some missing points in my doc, AWS Autoscaling Tools not being the same on Ubuntu and Amazon Website, my doc not mentioning how not signing new packages after generating the repository could lead to an inconsistent state and many more deviating from this.

Indeed, I never had any of these problems since it works for me.

It took Greg almost a full day to make things work as expected, and every time something went wrong, I was staring bluntly at my screen, 600 kilometers from my office thinking but… it works for me.

I was devastated.

For the past 9 months, a large part of my job has been to make deployments simpler, faster, the platform more reliable so we can sleep at night, and ensure such a thing would never happen. When I left for this 3 weeks vacation, I was pretty confident as it works for me, 5 days a week, up to 6 times a day if needed.

Indeed it would have been faster that I took over the deployment, but I’m in vacation, and most of my job is to make the platform run without me. From a job security point of view, it probably sounds suicidal. From a company perspective, that’s exactly the opposite.

The graveyards are full of indispensable men.

No company should have indispensable employees. Even Apple showed it can exist without Steve Jobs.

I did three mistakes here.

The biggest one was not taking the time to sit down behind Greg and watch him deploy the whole thing reading my doc. I had too much to do, he also had lot to do and I didn’t want to disturb him. After all, it works for me.

I worked on automatizing the whole deployment thing so it’s easier, faster and more reliable by making most places it used to break stronger, but I didn’t automatize the deployment environment setup. The documentation is not enough until you mention every software version, linked library and even where /bin/sh links to as two people won’t have the same setup. But once again, it works for me.

The third one is about pride. I was too confident in both my documentation and the fact I’m working with some of the smartest guys I know, so nothing could go wrong. The documentation was a cut / paste of a full deployment, so it could not fail since it just worked for me.

Since I’ve been in the tech industry, the it works for me answer I often get from some engineers or lousy support guys has been a source of deep frustration. Every time I hear it, I feel like smashing them in te face with a haddock until they understand how stupid it is or until they die, whichever comes first.

For too long, it works for me has been an excuse for laziness and poorly executed work. It considers the problem is somewhere between the keyboard and the chair, raising the tech savvy engineer to a kind of superior being and avoids the effort of understanding what’s actually going on.

From a user perspective, it works for me is not an acceptable answer, and if you except the telcos, most Web companies are now understanding this.

Competition being just one click away and the rise of social media where anyone can shout their poor experience with tech support to the world have greatly changed how the job is done. A great support, whatever you call it from « customer heroes » to « happiness squad » has become a sales argument, and companies with great support stats are now publishing their figures, so it works for me is – in most cases – a souvenir from an older, tougher time.

But the final truth is: if it works (only) for you, consider it works for nobody.


Cet article a été publié par Frédéric de Villamil sur Le Rayon UX | Si vous l'avez lu ailleurs sans qu'un lien ait été fait vers l'article original, c'est qu'il a été reproduit illégalement.

A quick note to share my beach readings, just in case you lack inspiration:...

A quick note to share my beach readings, just in case you lack inspiration:

Indeed these books are available online so I didn’t have to bring them with me.


Cet article a été publié par Frédéric de Villamil sur Le Rayon UX | Si vous l'avez lu ailleurs sans qu'un lien ait été fait vers l'article original, c'est qu'il a été reproduit illégalement.

@BenedictEvans Indeed “we” are not the opportunity. There is...

@BenedictEvans Indeed “we” are not the opportunity. There is maybe about 1 billion people using cheap, fake iPhones, or waiting for the opportunity to get one (and I don’t talk about the vaste majority of people who currently has no need for a smartphone at all, like those fishermen on the Indian coast getting the best fish price around through SMS).

The fake iPhone / Samsung thing makes me think about another episode of the recent computer history. Microsoft did not sue the emerging countries for pirating Windows and Office so they get so much used to them they end not being able to work without them. Then, they would have to pay the bill.

I’m not sure this actually worked, but we’ve probably reached the same point with smartphone: let people from emerging (with a large view on it) markets buy fake smartphones, progressively lock the ecosystem, then show them the bill. I’m very curious to see how it will end providing some of those countries have a strong “not invented here” nationalist behavior that may change the game.


Cet article a été publié par Frédéric de Villamil sur Le Rayon UX | Si vous l'avez lu ailleurs sans qu'un lien ait été fait vers l'article original, c'est qu'il a été reproduit illégalement.

The biggest objection to starting a company with a female co founder (not so)...

The biggest objection to starting a company with a female co founder (not so) surprisingly comes from women around me. It goes like:

Aren’t there enough men in tech that you have to start with a woman who’ll end hitting on you and ruining both your mariage and family?

Indeed working with a woman is impossible as every one of them fall in love with me at first sight. And the opposite is, indeed, impossible.

Are you sure we’re in 2014?


Cet article a été publié par Frédéric de Villamil sur Le Rayon UX | Si vous l'avez lu ailleurs sans qu'un lien ait été fait vers l'article original, c'est qu'il a été reproduit illégalement.

Adopting Omnifocus and GTD

I've tried to adopt the Getting Things Done method a few times already. Every time, it wasn't a success. I wasn't applying most principles and fell back to noting things down on a collection of small papers. This time, I had a huge advantage: at work, I'm sitting next to Étienne, a big proponent of GTD. He inspired me to try again and answered a lot of questions I had during my adoption.

This time, I chose Omnifocus for my GTD experimentation. It's a bit expensive to buy the three flavours but I was committed. I'll be talking about my experiences via Omnifocus but you should not focus too much on the software. You can adopt GTD with paper, with another software, whatever works for you.

Capturing

In january, I started the capture part. That's when you note down in your GTD system everything you'd like to do. You need to create that habit and do it every time something pops in your head. I use three main methods to collect:

  1. When I'm in front of my computer, I use the ^⌥Space shortcut to open the Quick Entry panel
  2. When I'm not in front of my computer, I use the iPod Touch app
  3. When an email requires some action, I send a message to the mail drop address

I got a huge inbox but I was ok with it because I knew collecting was the first part to get right. There is a big relief in knowing that everything you need or want to do is explicitly written somewhere. You're not afraid of forgetting something anymore.

Capturing your thoughts like this also allows you to stay focused on the current task. You don't have to do that new task right now, you don't have to explore that idea yet. Just trust the system to remind it to you later.

To start this, you may also want to start by doing a mind sweep: sit down in front of a piece of paper, no distractions, half an hour and write down everything that comes to mind.

Process

Once you have this exhaustive list of things you want to do, you process it in contexts and projects. You also flag some items you deem important and put important dates for those tasks. I only started doing this mid january. The tricky part for me was creating the projects and contexts.

Contexts

In GTD, Contexts are things you need to achieve a task. It could be a location, a person or an object. I'm not really using the contexts because most of the time, I just need to be in front of my computer to accomplish work related tasks. I may need to tweak this again but for now, I don't feel the need to dive more in that area.

My contexts:

  • Errands: When I'm neither at home nor at work
  • Home: I don't have an office context because I can work from anywhere. I have a few tasks that require me to be in an office (like printing) but not enough to warrant a full context.
  • People: A nested list of some people and also a phone context
  • Technology: This is where you'll find most of my tasks. I have a nested email folder.
  • Waiting: When I'm waiting on something else to happen.

Projects

Let me give you three example of real projects:

Fixing a bug

I try to do this a lot :) So I have a template project that I copy when I intend to work on a bug. This is a sequential project, meaning I need to achieve a task before the next one is available.

  1. Find a fix: Well that sounds dumb but this is my first step
  2. Write tests: Even though I may write the tests as I fix the problem, I still keep this reminder to make sure I wrote enough tests
  3. Test on a phone: I will certainly have done this while developing but for small fixes that look obvious, I have been bitten by not testing on a real phone. Hence this reminder.
  4. Put in review: Uploading my patch and explaining my fix.
  5. Wait for review: This is in a waiting context so I can forget about this project until I receive an email about that review. If it's not good, I'll add a task for each comment to adress.
  6. Wait for green tests: In a waiting context too because you shouldn't land something if the tests are not green.
  7. Land patch and clean branches: When all is good, I can land my work. This is usually where I'll clean the branches I had to create.
  8. Close bug with link to commit: This is the last step so that people can track the work later.

Feedback on Openweb articles

The crazy hard worker that Nicolas Hoffmann is wrote a few articles on modern CSS practices on the OpenWeb group. I told him I wanted to read them and provide some feedback but I have no idea when I'll come around doing that. So I created one task per article. It's out of my mind but I know I'll do it one day because I have this reminder.

Birthday ideas

This is not a project per se. But when someone talks about a topic they like, I try to take a note of it. Then during the review process, I mark it as due a few days before the actual birthday.

In addition to these kinds of projects, I have a few projects called "Work :: Miscelleanous" or "Personal :: Miscelleanous". That's just things I need to do and don't really fit in a project.

Flags, deferred dates and due dates

This is how I have things popping up for attention. I try to use due dates as little as possible because otherwise, one day you end up with 10 things urgent to do and you get stuck. So only tasks that have a hard deadline (like filing taxes) get a due date.

I use flags for the tasks that are important but without a real deadline. During my weekly review (see below), I'll flag things that I want to do next week.

The capture phase was really refreshing because I knew everything was stored somewhere. Via the process phase, it's even more relaxing because I know the system will remind me when I need to do something. That completely changed how I think about being overwhelmed. Before, I had this blurry collection of things to do in my head. They were all collapsing and I had no sense of what was important to do or if I was forgetting something that matters to me. Now, when I feel overwhelmed, I know it just means I need to spend a bit of time in front of Omnifocus to process my inbox.

Review

In february, I started doing reviews more often. First every two weeks and now every week. This is another step that gives me a great deal of comfort. This is when I'll decide what I want to do next week and put flags or due dates on things that I consider important for the coming week. I will also delete some items that I don't feel like doing anymore.

Do!

And this is the biggest part of GTD. Actually doing stuff. If you spend all that time in a tool to organise your tasks, it's not for the sake of it. That's why I did it gradually, to not spend too much time finding the perfect workflow.

I'm really happy with my adoption of the GTD method. It's not perfect, I'm still tweaking here and there.

I encourage you to try it. Reach out to me if you'd like to discuss it, I'd be happy to!

Éducation et informatique

Moins les enfants regarderont les écrans, plus ils développeront leur imagination et leur créativité. Car les écrans contiennent en eux des histoires visuelles et sonores qui empêcheraient les enfants d’imaginer d’autres images et d’autres mondes possibles.

Écran global, reportage de Anne-Sophie Lévy-Chambon

Protéger son enfant des écrans s’avère être une tâche plus difficile que ce que j’imaginais. Le compteur en cumulé doit être aux alentours des 10-15 minutes après 7 mois, ce qui est plutôt dans la limite haute de ce que je m’étais fixé. Et lorsque je vois l’attrait qu’il a pour un écran dès qu’il en croise un, cela me conforte dans l’idée qu’il va falloir attendre qu’il soit en mesure de comprendre un peu ce qu’il y a derrière : une fenêtre déshumanisée sur l’Humanité.

On parle souvent de la limite des 3 ans pour qu’un enfant puisse regarder/interagir avec un écran sans être perturbé par l’absence de retour de sa part. On verra à ce moment là si mon digital native souhaite faire usage de ses doigts.

L’élève sait que les équipements informatiques utilisent une information codée et il est initié au fonctionnement, au processus et aux règles des langages informatiques ; il est capable de réaliser de petites applications utilisant des algorithmes simples.

Socle commun de connaissances, de compétences et de culture

Damien B et Éric D. discutaient ce soir de l’apprentissage du code en primaire sur Twitter. J’ai beaucoup de mal avec cette question car le code constitue une part non négligeable de mon quotidien et de mon métier. Et si je trouve que la connaissance du Web devrait faire partie de l’éducation citoyenne, je suis plus circonspect sur le développement en lui-même. En fait, il s’agit d’une problématique de cohérence. Soit on considère que le codage (sic) est une activité artisanale et dans ce cas il faudrait également enseigner d’autres activités comme le travail du bois en primaire (ce que certaines écoles alternatives font — voir le reportage sus-cité). Soit on considère que l’industrialisation de l’informatique est inévitable et dans ce cas là toute la question algorithmique simple devient inutile puisqu’il s’agira d’empiler les boîtes noires à un autre niveau. Il faut bien définir les objectifs que l’on se fixe avec cet apprentissage du code dès la primaire. Dans quelle mesure permet-il la poursuite d’études, la construction d’un avenir personnel et professionnel et préparer à l’exercice de la citoyenneté ? Tous bidouilleurs, soit, mais que nous laisse-t-on bidouiller par la suite ?

Ce que je vois en filigrane de cette mutation est plus grave, c’est la mise sur un piédestal de ceux qui savent coder par pure incompréhension du changement de paradigme qui est en train de s’effectuer avec le numérique. Ou serait-ce pour pouvoir à terme alimenter plus facilement les canons publicitaires ? La question reste ouverte… jusqu’à la prochaine réforme.

Écriture et bonheur

Difficile d’écrire sur le bonheur. Sans faire dans le mièvre. Sans tomber dans les clichés. Sans craindre d’attiser les convoitises et jalousies. Sans avoir peur surtout de briser cet instant en tentant de le décrire. Sans mentir.

6 mois de vie. De survie. De co-vie. Je ne sais pas trop comment appeler cela, ni de quel point de vue. Toujours est-il que ça semble fonctionner. Des doutes, des essais, des désespoirs, des soulagements. Des moments spéciaux. Inattendus. Intimes.

Apprendre à flâner avec une poussette. Se défendre des fumées et des bruits de la ville. Réduire son exposition aux écrans. Se nourrir plus sainement. Sourire très souvent. Apprécier ce rythme plus lent qui contribue au bien-être. Et au bonheur.

Songer à cette question de l’héritage. Vouloir léguer des valeurs et une culture plus que des biens. Amasser du temps de vivre ensemble. Donner son attention avant tout. Et sentir qu’il s’agit d’un échange. Réciproque et gratuit.

Rire et s’émerveiller des nouveautés. Se demander qui éduque qui. S’endormir épuisé mais heureux. Se réveiller sur un simple sourire. Apprendre à se connaître, à apprécier des rituels. À cohabiter.

Et au milieu de tout cela des questionnements. Pourquoi est-ce que j’ai choisi de passer autant de temps avec mon fils ? Comment lui transmettre des valeurs sans ressentir la pression de l’exemplarité ? Quel enseignement lui proposer avant qu’il ne puisse choisir par lui-même ? Quels « effets papillons » lui permettront à terme de battre de ses propres ailes ? Quelle image va-t-il me renvoyer de moi-même ? Que ressent-il vraiment ? Et tant d’autres.

Fermer les yeux. Respirer. Faire le vide. Sourire. Se sentir bien.

Les 20 meilleures applications Mac OS X pour Yosemite

L'app store, version 2013

Quelles sont les meilleures applications pour Mac OS X Yosemite ? Que vous soyez un débutant sous OS X ou un vieux macounet, la prochaine sortie de Yosemite va changer pas mal de choses dans l’univers des applications Mac. Beaucoup d’utilisateurs qui tournaient encore sous des versions anciennes vont profiter de sa gratuité pour se mettre à jour, et de nombreuses applications se sont du coup retrouvées sur la touche.

La beta publique approchant à grands pas, il est temps pour moi de mettre à jour ma liste annuelle des meilleures applications Mac, leur nombre passant cette fois de 7 à 20, toutes disponibles sur l’App Store. Certains choix pourront sembler partiaux, et c’est souvent le cas, mais quel classement n’en est pas teinté au moins d’un peu ?

Après avoir lu cela, vous serez en tout cas prêts à entrer de plein pied dans l’aire Yosemite, et qui sait, trouverez certainement des idées de cadeau à vous faire avant de partir en vacances.

1. Alfred

Alfred, lanceur d'applications

Alfred est aussi indispensable à la survie du macounet en milieu hostile que l’est le plancton à celle du baleineau rustique à poils durs de Patagonie.

Le petit lanceur d’applications sorti il y a bientôt quatre ans est devenu grand, et sa seconde version majeure l’a vu se doter des indispensables workflow qui permettent d’automatiser la plupart de vos taches récurrentes sous Mac.

Parmi les actions facilement paramétrables, mes favorites restent la recherche directement dans la documentation Ruby ou l’API de Rails, la possibilité de lancer un projet Rails de l’éditeur de textes au serveur d’application en une commande, ou l’envoi de taches et de commandes à mon gestionnaire de taches favori, pour ne citer qu’elles. De nombreux autres workflows sont disponibles sur le forum des utilisateurs d’Alfred.

Alfred est édité par Running With Crayons et coûte 15,00 £

2. Ulysses III

Ulysses, l'éditeur de textes

Ulysses III est à ce jour le meilleur compromis que j’aie trouvé pour écrire, quelque part entre l’éditeur de texte traditionnel à la Textmate 2, le pack Office et les outils spécialisés à la Scrivener, en rassemblant le meilleur et le pire des deux mondes.

Le meilleur, c’est l’interpréteur Markdown, la possibilité d’associer des images, des tags ou des notes aux “feuilles”, celle de découper les documents en dossiers et pages pour une manipulation plus simples, l’absence d’enregistrement, la synchronisation avec iCloud, les thèmes embarqués…

Le pire, c’est le format en un seul fichier – bonjour la corruption – un modèle propriétaire, des limitations fonctionnelles voulues – comme l’absence de templates – une utilisation à première vue très simple, mais finalement complexe si l’on veut en tirer le maximum…

Ulysses III est édité par The Soulmen, et coûte 39,99 €.

3. Pixelmator

Pixelmator

Pourquoi pirater un Photoshop auquel vous ne comprenez rien, quand des alternatives couvrent déjà 110% de vos besoins à des prix parfaitement abordables ? C’est ce que j’avais en tête quand j’ai entrepris de refaire mon thème à l’aide de Pixelmator.

Pixelmator dispose des principales fonctionnalités que l’on peut attendre : calques, filtres, formes diverses, sélection intelligente, retouche, traitements colorimétriques, raccourcis clavier… le tout dans une interface “à la Photoshop”, disponible en plein écran.

Pixelmator est édité par la Pixelmator Team, et coûte 26,99 €.

4. Tweetbot

Tweetbot

Tweetbot est le meilleur client Twitter toutes plates-formes confondues. D’abord lancé sous iPhone, il a rapidement été porté sous Mac OS, où il a pris une place considérable sur un marché dominé par les clients lourds en Air, et un manque considérable d’application digne de ce nom.

Même s’il ne révèle toute sa puissance qu’utilisé sur différent terminaux grace à la synchronisation des profils via iCloud – quel bonheur de retrouve ma timeline sur mon iPad exactement là où je l’avais laissée sur mon Mac quelques minutes plus tôt – c’est loin d’être sa seule fonctionnalité.

Le principal intérêt de Tweetbot réside d’abord dans l’ergonomie de son interface, et l’expérience utilisateur proposée, particulièrement quand on est un gros utilisateur de Twitter.

En terme de fonctionnalités, j’ai principalement retenu:

  • La possibilité de se connecter à son compte Pocket
  • Les mute particulièrement puissants, pour faire taire tous les utilisateurs de paper.li et autres services un peu trop bavards.
  • Les recherches enregistrables et transformables en listes.
  • La gestion plutôt intelligente des contacts et des favoris.

Si je ne devais lui trouve qu’un seul réel défaut, ce serait son prix, puisque Tweetbot desktop coûte 17,99 €.

5. Transmit

Transmit

Quand on parle de transfert de fichiers sous Mac OS X, on fait généralement référence à Cyberduck, un viol mental et ergonomique comme on en fait peux, et de Transmit, très proche du CuteFTP de ma jeunesse avec son design split pane qui envoyait à droite ce que je prenais à gauche, et vice versa.

En politique on appelle ça le centrisme, mais je m’égare.

Transmit va bien plus loin que CuteFTP, puisqu’il supporte le SFTP, Amazon S3, ou le WebDAV. Il offre également la possibilité de monter un site distant comme un disque dur externe, afin de travailler avec des applications locales, la synchronisation entre deux systèmes de fichiers, et une gestion des queues performante.

Transmit est édité par Panic Software, et il coûte 29,99 €.

6. Simplemind

Simplemind

Nelson Mandela étant depuis longtemps sorti de prison, Jim Kerr et Charlie Burchill menaçaient de mourir d’ennui s’ils ne trouvaient pas une nouvelle activité. Alors qu’on les croyait morts, ils sont Alive and Kicking et surfant sur le retour en grace des années 80, ils ont créé ressorti le nom qui avait fait leur succès et lancé Simple Mind, un outil de mind mapping sous Mac OS X.

Le mind mapping est une méthode d’amélioration de la productivité qui consiste à écrire le fil de ses pensées sur un diagramme afin de ne rien perdre de ses circonvolution cérébrales.

Le principal avantage de Simple Mind, c’est qu’il fait le boulot, et c’est déjà pas mal pour son prix, d’autant qu’il en existe une version gratuite, Simple Mind Free. Il propose divers templates graphiques, la possibilité de trier les mind maps dans des dossiers, et la synchronisation sur iCloud, ce qui permet d’utiliser ses cartes sur son iPad.

Simple Mind est édité par ModelMaker et coûte 26,99 €.

7. Wunderlist

Wunderlist

Wunderlist est de loin le meilleur gestionnaire de tâches toutes plates-formes confondues pour qui ne cherche pas un outil de life management. Disponible sous Mac OS, iPhone, iPad et sur le Web, il permet de synchroniser l’ensemble de sa TODO et de s’y retrouver quel que soit le support d’utilisation.

Wunderlist s’articule autour d’une application en trois panneaux, le principal étant celui des tâches en cours. Celles-ci peuvent être soit des one liner, qui conviendront à la majorité des utilisateurs, soit des taches beaucoup plus complexes, pouvant contenir un ensemble de sous-tâches, des fichiers joints ou des commentaires. La version pro permet également de travailler en équipe avec les tâches et les fichiers partagés.

Wunderlist est édité par 6 Wunderkinder, et est gratuit. La version pro coute 3,50 € par mois.

8. Calibre

Calibre

Calibre est une application de gestion, transfert et conversion de livres électroniques. Elle permet de gérer sa bibliothèque sur n’importe quelle liseuse, Kindle compris, en autorisant un mélange entre les livres achetés chez Amazon et les autres sources.

Calibre permet de transférer les articles présents sur une liseuse sur son disque dur, et vice versa, de convertir les livres dans plusieurs formats (pdf, epub, mobi…) et de classer sa collection de livres. Si comme moi vous les confectionnez au point de saturer votre Kindle, vous comprendrez de quoi je parle. Accessoirement, son mode serveur permet de facilement partager votre collection de livres.

Calibre est un logiciel libre sous GPL v3, et il est gratuit, mais les donations sont grandement appréciées.

9. Omnigraffle

Omnigraffle

Omnigraffle est un outil qui permet de facilement dessiner des diagrammes, y compris les plus complexes, avant de les exporter sous à peu près tous les formats imaginables. C’est le concurrent le plus sérieux à Microsoft Visio, notamment grace à sa communauté d’utilisateurs qui maintient une impressionnante collection de stencils, c’est à dire de patrons Omnigraffle. Il est disponible aussi bien sous Mac OS X que sur iPad.

Ces dernières années, j’ai utilisé Omnigraffle pour : faire des diagrammes d’infrastructure, d’architecture logicielle, des mockups de pages Web (avant l’arrivée de Balsamiq), des mockups d’applications mobiles, et le plan d’aménagement de mon nouvel appartement.

Omnigraffle est édité par Omnigroup. La version basique coûte 99,99 $, et la version pro 199,99 $. Une version d’évaluation complète est également disponible.

10. Pomodoro

Pomodoro

Pomodoro, c’est ce minuteur en forme de tomate qui trônait crânement sur l’enfilade de la cuisine de votre grand-mère, et vous énervait profondément avec son tic tac oppressant qui semblait ne jamais vouloir finir. En 2013, c’est une méthodologie de time management et l’outil qui y est associé.

En venant se loger dans la barre des taches Pomodoro sait se faire oublier. Il permet de gérer des pomodori et des pauses de longueur différente, de se synchroniser avec son calendrier, et d’envoyer les résultats de ses exploits sur Twitter, histoire de s’assurer que plus personne ne vous suive, aidant en cela à votre productivité.

Pomodoro est édité par Ugo Landini, et il est gratuit.

11. iTerm 2

iterm2

Il est souvent difficile de se rappeler que Mac OS X est un UNIX, et pas des moindres. C’est pourtant le cas, et iTerm2 vient nous le rappeler en offrant la meilleure application de gestion de terminal des deux côtés du rideau de fer.

iTerm2 offre la possibilité de combiner des profils riches, avec des arrangements de fenêtres retenus en mémoire d’une session sur l’autre, le tout en plein écran. J’ai ainsi deux arrangements, le premier qui m’affiche 4 terminaux par écran pour travailler sur l’écran du portable, et 9 terminaux quand je branche mon Macbook Pro à mon écran. J’y rajoute une vue visor, sur laquelle je mets mon client IRC accessible par SSH afin de l’avoir sous la main quel que soit l’espace sur lequel je travaille, mais sans pour autant me faire déranger.

iTerm2 est un logiciel libre, et il est gratuit.

12. Textmate 2

Textmate 2

Textmate 2 est le plus abouti des éditeurs de textes disponibles sous Mac OS X, malgré la rude concurrence de SublimeText. Créé comme éditeur de prédilection pour le framework Ruby On Rails, son système de bundles lui a rapidement permis de rajouter des cordes à son arc de manière assez convaincante. Sortie après des années d’attente, la version 2 est la digne successeur du logiciel qui m’a convaincu d’acheter un Mac.

Aujourd’hui, j’utilise Textmate pour développer, écrire sur mon blog, envoyer du contenu dans Evernote, gérer mes tâches quotidiennes et j’en oublie probablement.

Textmate 2 est placé sous licence GPL v3 et il est entièrement gratuit.

13. Pocket

Pocket

Pocket est un agrégateur d’articles, autrefois connu sous le nom de Read It Later, et la meilleure idée depuis l’invention de l’eau chaude. Il stock des pages Web hors ligne, en les affichant de manière à la fois lisible et uniforme. Disponible sous Mac OS X, et iOS, il permet d’effectuer sa veille sans se soucier de problèmes de synchronisation.

Pour les plus geeks d’entre nous, Pocket dispose d’une API assez complète, qu’il est par exemple possible d’utiliser avec une recette IFTTT afin de recevoir sa veille chaque matin sur sa liseuse.

Cela fait maintenant un an que j’ai adopté Pocket, et je ne suis pas prêt de changer de crèmerie, surtout si c’est moins bien.

Pocket est édité par Pocket, et il est gratuit, ce qui n’est pas assez cher pour ce que c’est.

14. Things

Things

Things fait partie des applications à la limite entre la gestion de projets et le life logging, et c’est peut être ce qui en fait tout l’intérêt. Il mélange projets, notes de fond, taches, tags… le tout en reprenant le meilleur des méthodes agiles.

Things divise en effet les tâches entre ce que j’ai à faire aujourd’hui, ce qui est déjà planifié, et ce qu’il serait bon que je fasse, mais que je ne peux pas encore planifier de manière sûre (autrement dit la backlog).

Things est édité par Cultured Code, et il vaut 44,99 €, avec une version d’évaluation gratuite.

15. Skitch, le meilleur logiciel de captures d’écrans

skitch

Skitch est un outil qui permet d’effectuer et d’annoter des captures d’écran avec une grande simplicité d’utilisation. Racheté par Evernote, il s’intègre particulièrement bien avec lui, mais ce dernier n’est pas nécessaire pour l’utiliser.

Côté fonctionnalités, Skitch offre tout ce que l’on peut attendre d’une telle application : flèches, annotations, formes, flou… et une demi douzaine de formats d’exportation.

Skitch est édité par Evernote, et il est gratuit.

16. 1Password

1password

1Password fait partie de ces outils ultimes que je me refuse pourtant d’utiliser parce que je suis un vieux con paranoïaque. 1Password est un gestionnaire de mots de passe qui fonctionne comme un trousseau de clés protégé par un mot de passe unique, le master password. En plus de gérer les mots de passe, il s’interface également avec nombre d’applications afin d’authentifier son porteur sur ses sites Web favoris, ou lui permettre de remplir automatiquement son numéro de carte bleue.

1Password existe sous Mac OS X, iPhone, iPad, Android, et Windows.

1Password est édité par Agile Bits et coûte 44,99 €

17. Github pour Mac

Github pour mac

Si comme moi vous utilisez énormément Github, mais que – contrairement à moi – vous détestez la ligne de commande, l’application Github pour Mac est faite pour vous.

L’application Github permet de gérer énormément de dépôts locaux, de valider les diffs et les commits à pusher avant de faire une vraie bêtise, d’explorer les branches mieux que Tarzan au meilleur de sa forme… Bref, un indispensable pour ceux qui n’aiment pas le terminal.

L’application Github pour Mac est éditée par Github et elle est gratuite.

18 Day One

Day One

Day One est une application de life logging, un journal intime électronique, pas rose et sans le cadenas ridicule que votre petit frère ouvrait avec la pointe d’un stylo et dans lequel vous écriviez :

Cher journal, aujourd’hui j’ai croisé Jean-Kevin – en fait tout le monde l’appelle J-Kev – dans le couloir du collège. Si t’avais des yeux tu verrais ça, il est trop canon le mec, j’ai trop envie qu’il me prenne nue dans la Simca 1000, sauf qu’en vrai je sais trop pas ce que c’est une Simca hihihi.

Pour ma part, je l’utilisais pour noter les problèmes rencontrés au bureau en les accompagnant de tags pour mieux les retrouver. Un peu comme un blog, mais en privé quoi.

Dayone est édité par Bloom Built, et il coûte 8,99 €.

19. Airmail

Airmail

Le passage à Maverick a rendu l’utilisation de Gmail franchement impossible avec Mail.app. La solution réside sans doutes dans Airmail, un client mail multi comptes encore en version beta, mais d’une grande maturité.

Moins sobre que Mail.app, Airmail est pourtant très séduisant avec son utilisation intelligente des couleurs, et les possibilités de personnalisation de son interface. Quant à moi, mon choix est fait, je retourne tuner mon .muttrc.

Airmail est édité par Bloop, et il coûte 1,79 €.

20. The Unarchiver

The Unarchiver

Il était difficile de terminer cette liste sans mentionner au moins un utilitaire d’archivages. Même encore aujourd’hui, Mac OS X est limité en termes de formats supportés, et la communication entre les mondes Mac et Windows est parfois difficile, notamment pour les formats .rar et 7zip.

Après des années passées à utiliser Stuffit Expander, j’ai jeté mon dévolu sur The Unarchiver, qui a le bon goût de supporter la majorité des formats de compression, y compris les plus anciens, comme ARJ.

The Unarchiver est gratuit, et c’est tant mieux !.

Et voilà, c’est fini pour cette fois. Profitez bien de l’hiver qui arrive pour jouer avec toutes ces merveilleuses applications. Quant à moi, je vous retrouve dans un an pour la compilation des meilleures applications Mac OS X pour bien passer l’année 2015, si la troisième guerre mondiale ne nous a pas tous tués d’ici là.


Cet article a été publié par Frédéric de Villamil sur Le Rayon UX | Si vous l'avez lu ailleurs sans qu'un lien ait été fait vers l'article original, c'est qu'il a été reproduit illégalement.